L’Etat a mis en place, avec les Régions, un fonds de solidarité doté d’1 milliard d’euros qui permettra le versement d’une aide défiscalisée aux plus petites entreprises, aux indépendants, aux micro-entrepreneurs et aux professions libérales impactés par le coronavirus.

L’ordonnance n°2020-317 du 25 mars (en application de la loi d’urgence) créé ce fonds de solidarité et prévoit qu’un décret fixera les conditions d’éligibilité et d’attribution des aides, leur montant et les conditions de gestion du fonds.

De plus, l’ordonnance précise que le fonds est créé pour 3 mois. Il a d’ores et déjà été abondé pour le mois de mars et pourra être renouvelé si nécessaire en fonction de l’évolution des mesures de confinement et de leurs impacts sur les activités économiques.

UNE AIDE POUVANT ALLER JUSQU’À 3 500 €

Le fonds de solidarité comporte deux volets et peut être complémentaire avec d’autres dispositifs d’aide (indemnisation du chômage partiel des salariés, garantie de prêt de trésorerie, report des échéances sociales et fiscales…)

  • Premier volet : Jusqu’à 1.500 € en fonction des critères d’éligibilité, instruite puis versée directement par la Direction Générale des Finances Publiques (DGFiP).
  • Second volet : Une aide complémentaire d’un montant forfaitaire de 2.000 €, instruite par les Régions puis versée par le DGFiP, pour les entreprises les plus en difficulté.

​LES ENTREPRISES ÉLIGIBLES

Les TPE (très petites entreprises), les indépendants, les micro-entrepreneurs et les professions libérales sont concernés par ces aides :

  • Une entreprise créée avant le 1er février 2020
  • Un effectif inférieur ou égal à 10 salariés
  • Un chiffre d’affaires inférieur à 1 million € et un bénéfice annuel imposable inférieur à 60.000 €
  • N’ayant pas eu de déclaration de cessation de paiement avant le 1er mars 2020
  • Dont le dirigeant n’est pas titulaire d’un contrat de travail ou d’une pension de retraite
  • Dont le dirigeant n’a pas bénéficié d’au moins 2 semaines d’arrêt maladie en mars 2020.

Et ayant, dans le contexte de Covid-19 :

  • Soit fait l’objet d’une fermeture administrative
  • Soit subi une perte de 50 % de chiffre d’affaire en mars 2020 par rapport à mars 2019

Dans un deuxième temps, pour bénéficier de la prime complémentaire de 2.000 €, les entreprises devront respecter les conditions cumulatives suivantes :

  • Avoir au moins 1 salarié
  • Être dans l’impossibilité de régler leurs créances exigibles à 30 jours
  • Avoir fait l’objet d’un refus de prêt de trésorerie d’un montant raisonnable par leur banque.

LES DÉMARCHES

A compter du 1er  avril : Les demandes pour obtenir la prime de 1.500 € pourront être effectuées sur www.impots.gouv.fr.

A partir du 15 avril : les demandes d’aide complémentaire de 2000 € seront à effectuer sur une plateforme ouverte par sa Région.

SOURCE ET INFORMATIONS

https://www.economie.gouv.fr/coronavirus-soutien-entreprises
https://www.economie.gouv.fr/files/files/PDF/2020/DP-Fonds_de_solidarite.pdf

FAQ

Les 11 réponses aux questions des entreprises franciliennes